Les 7 plus mauvais clichés sur la transformation digitale des entreprises
Liberez la transformation digitale des PME/TPE!

La transformation digitale des entreprises est un sujet récurrent qui est au centre des médias mais aussi des discussions professionnelles. Tout le monde en parle. Qui est « connecté » ou ne l’est pas… Elle s’annonce, depuis maintenant quelques années, comme incontournable, indispensable, inéluctable.

Pour cette raison même, elle est un sujet de préoccupation et d’inquiétude pour certains dirigeants, notamment de TPE/PME, qui se sentent un peu perdus. De ce fait, bon nombre d’entre eux refusent cette pression liée à la fulgurante évolution du monde professionnel. La transformation digitale ne passera pas par eux !

Pourquoi ?

Parce que, souvent par désinformation ou tout simplement manque d’information, certaines idées reçues ont la vie dure :

La transformation digitale ne serait pas utile ni même accessible pour tous les entrepreneurs.
transformation digitale

Idées reçue n° 1 : « Je travaille sans digital depuis des années, mon business marche très bien comme ça. »

On pourrait même ajouter « J’ai déjà mon réseau, ma clientèle, je n’ai pas besoin de me faire connaître sur internet ». Ok. C’est une bonne nouvelle pour votre entreprise, elle a l’air de plutôt bien marcher. Le networking est effectivement indispensable à toute structure.

Actuellement vous avez un réseau de personnes avec qui vous travaillez. Mais que se passerait-il si ces personnes ne voulaient ou nous pouvaient plus travailler avec vous ? Car cela est parfaitement possible pour diverses raisons totalement valables :

  • En BtoB : changement de direction, restriction des budgets, changement de stratégie, nouvelles « affinités » des nouveaux collaborateurs avec d’autres partenaires…
  • En BtoC : changement de mode de consommation, fin du bouche-à-oreille, nouvelles modes, nouvelles tendances qui interpellent le consommateur, rajeunissement de la cible…

Allez-vous attendre cette phase ultime pour mettre en place une nouvelle stratégie et débuter la transformation digitale de votre entreprise ? Ce sera légèrement trop tard : votre clientèle se sera détournée de vos produits et votre concurrence, mieux préparée, aura captée votre cible.

Idées reçue n° 2 : « Le digital, c’est du marketing et le marketing c’est de la pub. »

Effectivement, dans le marketing, la publicité tient une part importante. Jusqu’à il n’y a pas si longtemps, les médias constituaient le support privilégié des publicités (TV, Radio, Presse papier, affichage, marketing direct…). Il s’agit d’un marketing transactionnel de masse : le push marketing. Cette méthode consiste à inonder la cible de messages promotionnels qui n’a pas été sollicités au préalable. Le message fait appel aux cinq sens et incite à la consommation.

Avec le web 2.0 et la possibilité pour le consommateur d’interagir avec sa marque, de comparer, de donner son avis, les méthodes ont changé. Les entreprises ont dû s’adapter car la clientèle est de plus en plus réfractaire à cette publicité agressive et agressante. Celle-ci souhaite aujourd’hui recevoir un message adapté qui lui est spécifiquement destiné. On parle alors de pull marketing, une technique qui fait venir à soi le consommateur, qui l’attire, au travers de ses propres goûts et choix. Désormais, il est indispensable de vous rendre visible pour que votre cible vous trouve lors de ses recherches.

Cette méthode est purement digitale.

Mais il faut également garder à l’esprit que la transformation digitale a un impact sur l’ensemble des services de l’entreprise et leur efficacité : commerciaux, logistique, services supports…

Idées reçue n°3 : « La transformation digitale, c’est pour les grosses boites qui ont un énorme budget marketing, les entreprises du numérique, de la Tech… ».

Certes, comme dans tout service, lorsqu’on a un budget, les choses tournent plus facilement. Mais le marketing digital se distingue du marketing pur essentiellement sur ce point : sa mise en route ne nécessite que peu de frais. Bien évidemment, il faudra par la suite investir un minimum pour pérenniser vos actions et inscrire votre transformation digitale dans la durée. Vous y gagnerez en professionnalisme et crédibilité.

Ainsi, toute structure peut créer un site open source, même basique, le tout est d’être présent sur la toile.

Les différents types de site
1
SITE VITRINE

Il permet de présenter votre société et vos produits : on apprend ce que vous faites, sur quelle zone géographique, à quel prix, etc.

2
SITE INSTITUTIONNEL DIT « CORPORATE »

Ce type de site plutôt destiné à la communication, notamment avec les partenaires, des investisseurs potentiels qui cherchent à en savoir plus sur vous ou des futurs collaborateurs.

Les informations que l’on y trouve concernent votre activité plutôt en chiffres ou informations déterminantes, vos valeurs, les articles de presse…

3
SITE BLOG

Avec le blog, on passe sur une transformation digitale plus aboutie, mais qui nécessite plus de temps et de compétences. Si les sites précédents peuvent être créés puis vivre leur vie sans beaucoup d’entretien, le blog doit être alimenté régulièrement par des articles relatifs à votre activité.

Ce site a double vocation : augmenter votre référencement naturel et vous attribuer la qualité d’expert dans votre domaine. Vous savez de quoi vous parlez et vous communiquez avec votre clientèle.

4
SITE E COMMERCE

Nous vous présentons ici le site marchand à titre informatif. Car ce site-là réclame un peu plus de technicité et la qualification d’une personne quasiment à plein temps. C’est en fait une boutique en ligne de vos produits qui permet de vous attacher votre cible et de capter une clientèle complémentaire.

Par ailleurs, suivant votre activité, si celle-ci est essentiellement de proximité par exemple, un site n’est pas indispensable. Une page Google My Business par exemple ou une page Facebook professionnelle, pourrait vous référencer. Lors des recherches de votre cible sur internet, elle vous trouverait facilement et rapidement et obtiendrait les informations recherchées.

transformation digitale

Enfin, une page sur un réseau social comme Facebook ou Twitter, les plus utilisés, permettraient, sans frais, d’assurer un minimum de présence sur le web.

Idées reçue n° 4 : « Le digital, c’est pour les jeunes, et puis je ne comprends rien à cet univers. »

Dans les années 80-90, vous êtes-vous fait la même réflexion lots de la généralisation des ordinateurs dans les bureaux ? Avez-vous laissé la place « aux jeunes » ? Mais peut-être y a-t-il une confusion entre deux idées connexes : la transformation digitale et les réseaux sociaux.

Il faut dissocier le mode de vie des millénials extrêmement connectés dans leur quotidien et le fonctionnement de la société. Certes, ils ont une vie digitale riche, notamment sur les réseaux sociaux, ce qu’on est libre d’aimer ou pas. Mais que nos jeunes communiquent à outrance par voie numérique est une chose qu’il faut accepter définitivement. Ils sont arrivés aux commandes dans leur monde professionnel, mais sont devenus également des consommateurs !

Et où pensez-vous les capter ? Chez la boulangère du quartier ?

Donc comme toute chose, ça s’apprend. Il n’est jamais trop tard pour évoluer. Laissez les personnes de votre entreprise sensibles à cet univers vous guider.

Idées reçue n°5 : « le digital est chronophage, je vais perdre mon temps. »

L’univers numérique est effectivement chronophage, principalement quand il est mal géré. C’est pourquoi, comme dans tout métier, il est indispensable de mettre en place une stratégie. Une structure, du temps et du personnel nécessaires doivent être affectés. Mais le temps et l’énergie déployée sera extrêmement payante. Cela est une forme de restructuration comme le font bon nombre d’entreprises pour rester dans la course. Celle de la transformation digitale en fait partie.

Bien sûr, tout changement apporte avec lui son lot d’ajustements et de dysfonctionnements ponctuels lors de sa phase de mise en route. C’est humain, bien que digital.

Idées reçue n°6 : « les réseaux sociaux sont dangereux car ils peuvent véhiculer une mauvaise image de mon entreprise »

L’une des principales inquiétudes des personnes réfractaires au digital, c’est la gestion des réseaux sociaux. Communiquer avec les clients, c’est très bien. Mais s’ils communiquent de manière négative, l’image de l’entreprise va en prendre un coup…

Des avis négatifs, vous en aurez toujours, que vous en ayez connaissance ou non… Vous devez savoir répondre à une seule question. « Est-ce que je veux un droit de réponse, un droit de parole de la défense ou est-ce que je préfère les laisser dire du mal de mes services et de mon entreprise et risquer de nuire à mon activité ? ».

On parle alors d’e-réputation que toute entreprise doit maitriser. Car sur le web 2.0, tout le monde fait sa propre analyse, compare et donne son avis. C’est comme ça qu’une carrière peut être détruite en 3 clics…

Faire l’autruche n’a jamais été une solution pour personne. C’est donc affaire de présence subie ou de présence voulue. Assurez un parfait SAV sur les réseaux sociaux et votre entreprise en sortira grandie !

Idées reçue n°7 : « Le digital, c’est une mode, ça va passer. »

Doit-on vraiment répondre à cette question ?
0

Articles associés

Leave a comment